Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23 avril 2007

Ma soirée présidentielle, première partie : on meuble

« Eh bien mon cher Jean-Philippe, voilà une soirée qui s'annonce passionnante.

— Ah ça oui, Yvette, on peut déjà dire que ce scrutin sera historique.

— On peut le dire, en effet, et d'ailleurs, je crois que nos commentateurs auront du pain sur la planche, ce soir.

— Oui Yvette, les commentaires seront à n'en pas douter extrêmement nombreux.

— Il y a effectivement beaucoup de choses à dire déjà sur le vote de ce dimanche.

— Houlàlà, oui, des choses et des choses.

— Par quoi commencer ?

— Et si nous regardions pour la cinquième fois depuis vingt minutes le chiffre de l'abstention ?

— Mais quelle bonne idée, Jean-Philippe !

— Nos téléspectateurs redécouvrent avec nous ce chiffre historique.

— 15 %, c'est historique.

— Pour ne rien vous cacher, heureusement que c'est historique parce que sinon je ne vois pas bien comment nous aurions meublé les quarante minutes qu'il reste à tirer avant l'annonce des résultats à 20 heures.

— Euh, Jean-Philippe… »

C'est toujours la même chose, et c'est toujours aussi drôle. Aussi professionnels qu'ils soient, les présentateurs de soirées électorales ont bien du mal à remplir leur émission avant de pouvoir annoncer les résultats et passer aux choses sérieuses.

J'ai beaucoup apprécié Pierre Giacometti sur France 2, à qui l'on a demandé d'analyser cette chute de l'abstention et qui a expliqué que c'était dû, d'une part, aux personnes qui n'avaient pas voté en 2002 mais qui ont voté cette année et, d'autre part, aux personnes qui n'étaient pas inscrites sur les listes électorales en 2002 et qui y sont maintenant inscrites pour des raisons diverses. Je rejoins entièrement son point de vue, et j'ajoute que je vais poser ma cadidature au poste de directeur général d'Ipsos parce que ç'a m'a l'air d'être un boulot peinard.

Les commentaires sont fermés.