Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22 avril 2007

Françoises, François

François Hollande, François Bayrou, François Feldman, François De Brigode… Combien parmi eux se soucient-ils de l'Europe ? Très peu, si l'on en croit cette nouvelle sur le site de la RTBF : « l'élection présidentielle française facilitera-t-elle la relance de l'Europe, c'est la question que peu de François se posent ».

Oui, allez, c'est encore une coquille rigolote, mais cet article est un florilège d'erreurs de grammaire et de typo. J'épingle aussi au passage la mention belgocentrique de la guerre 40-45 : pour la France, c'est en 39 que cette guerre a débuté. On sent le spécialiste de l'histoire européenne.

21 avril 2007

Ah, la France, hein... ça fait du bien quand on y pense, hein...

Mais quel foin, avec ces présidentielles françaises ! On n'en avait pas fait autant avec les précédentes, me semble-t-il. Et pourtant, cette édition-ci est particulièrement minable. Moi qui ai fui la France entre autres pour échapper à la sacralisation médiatique délirante des Bleus avant la Coupe du monde de 2002, je me retrouve assailli par une nouvelle grand-messe.

Sur le site du Soir, la rubrique Face-à-face Nord-Sud a déjà été remplacée par une rubrique Présidentielles (on ne précise même plus qu'elles sont françaises, la Belgique francophone étant en ce moment quasi-rattachée d'office). La RTBF sera une institution française pour quelques heures, elle rendra compte avec des invités français des élections françaises depuis Paris.

J'ai toujours ma nationalité française, je vais donc m'y coller. Mon évaluation des candidats va du médiocre au très mauvais. Je n'ai envie de voter pour personne. Cependant, il ne faut pas faire ça : les votes blancs ne sont pas pris en compte, autant rester chez soi. Alors on va choisir le moins mauvais de la troupe, on va faire en sorte de se protéger de Sarkozy, on va voter utile, comme on dit.

Cet après-midi, plutôt que de lire les professions de foi de chacun, je me suis allongé sur l'herbe, sous le soleil indu de cet avril étrange, et j'ai fait mon choix.