Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23 avril 2007

Ma soirée présidentielle, deuxième partie : bof et beurk

Bien. Second tour Sarko-Ségo, pas de surprise. Le coboille à grosse montre d'un côté, la madame pas aimable de l'autre.

La madame pas aimable, il y a quelques années, elle voulait plafonner les salaires de tout le monde à 50 000 francs français, soit 7 500 € environ. Il y a quelques années, c'était le genre d'idée qu'un parti modéré comme le PS pouvait défendre.

Maintenant, une idée pareille et vous êtes catalogué dans l'extrême gauche sans hésitation. C'est à ça qu'on mesure l'aplanissement du débat politique. Enfin, aplanissement, oui et non, pas pour tout le monde. Je suis certain qu'il y a, disons, une dizaine d'années, les sorties de Le Pen sur les origines de Sarkozy lui auraient valu une volée de bois vert, un procès, enfin il se serait passé quelque chose. C'est la conséquence de cet aplanissement, peut-être. Plus personne n'ose l'ouvrir, sauf quelques irréductibles, qui profitent d'un champ d'expression aussi vaste que libre parce que déserté. Paradoxalement, au championnat des tout-mous, ce sont les durs-à-cuire qui montent sur le podium.

Maintenant que Royal paye l'impôt sur la fortune, elle aurait sans doute un peu plus de mal à soutenir l'idée du salaire plafonné. Sarkozy aussi paye l'ISF. Dans deux semaines, la France aura un président riche. Ça m'inquiète un peu. C'est un préjugé, c'est idiot, mais je me méfie des riches. Je suis intimement convaincu que l'argent est délétère, qu'il est un détersif imparable contre les scrupules et les restes de morale les plus incrustés. Je n'aime pas les gens à grosse montre, je n'aime pas ceux qui roulent en 4 × 4 ou en cheval.

Je n'aime pas le futur président de la République française.