Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04 juillet 2007

La délégation de très haut niveau fait du ski

Anne-Marie Lizin, présidente sortante du Sénat et représentante spéciale de l’OSCE, a décidé d’employer la méthode forte pour lutter contre les petits producteurs de féculents, choux de Bruxelles et autres aliments dommageables pour la vie en société. Extrait du journal de 8 heures de la Première :

Le journaliste. — Est-ce qu’on peut combattre le terrorisme en bafouant la démocratie ?

Anne-Marie Lizin. — Je pense que la sécurité est un objectif extrêmement important. Donc, la réponse à cette question, c’est sans doute oui, mais à condition que la démocratie ait vraiment des instruments pour lutter contre n’importe quel petit groupuscule qui décide de faire péter des civils.

Allez, c’est facile de se moquer. Elle parlait bien sûr de sa récente visite de la prison de Guantanamo. Tout comme l’année dernière, elle faisait partie des experts belges envoyés sur place par l’OSCE et chargés de remettre un rapport.

Et les experts belges, attention, c’est du sérieux, du solide, du cohérent.

Conclusion tirée en 2006 par l’un de ces experts : « Au niveau carcéral, c’est une prison modèle, les gens y sont mieux traités qu’en Belgique. »

Le pied. Mais on peut encore mieux faire !

2007 : « La parlementaire belge a par ailleurs constaté que des efforts avaient été accomplis en vue d’aligner les différents régimes de détention sur les standards des prisons américaines. »

Les prisons américaines, ça doit être au moins aussi sympa que les auberges de jeunesse chez nous, si je comprends bien.

Aux dernières nouvelles, la direction de Guantanamo chercherait à décrocher d’ici 2008 sa première étoile au Gault & Millau.

23 avril 2007

Sursaut démocratique chez les riverains

Un petit bout de dialogue réjouissant pioché dans le Fluide glacial du mois de mai 2007.

« À l'école, Patrick il dit qu'on est une famille de nuls !

— Si c'était le cas, ton père ne serait pas responsable d'une association de riverains !

— C'est quoi des riverains ?

— C'est des gens qui habitent près d'une route où il y a beaucoup de circulation et que ça gêne à cause du bruit. »

C'est tiré de Hein ?, de Charles Binet. Dans cette histoire, la famille Caspani, qui n'est pas une famille de nuls, donc, s'en va participer à une réunion entre riverains et responsables d'un projet d'aménagement urbain quelconque, réunion que monsieur Caspani présente à son fiston comme un « grand moment de démocratie ».

Comme quoi, le sursaut démocratique, c'est pas du flan, on en parle partout.

Ce qui est intéressant dans cette histoire, c'est qu'elle montre que la liberté d'expression n'est pas la liberté d'information, et que la démocratie a besoin des deux. Elle montre aussi que le langage est un pouvoir, et le jargon un signe d'appartenance sociale aussi sûr que la grosse montre et le costume trois-pièces.

Enfin achetez Fluide glacial, vous comprendrez. Et puis vous constaterez que depuis que Thierry Tinlot en est le rédacteur en chef, il est question de Belgique à presque toutes les pages, c'est surprenant. Encore que…

Ma soirée présidentielle, troisième partie : y a la démocratie qui a bougé, je l'ai vue

Jean-Philippe. —  En tout cas, on peut parler de véritable sursaut démocratique, je crois.

Yvette. —  Absolument, Jean-Philippe, pratiquement jamais les Français ne se sont rendus aussi nombreux aux urnes.

Michel Huemmpey. — D'ailleurs, je voudrais ce soir sincèrement les remercier et les féliciter.

Charles Péhesse. — C'est un très beau geste citoyen que les Français nous ont offert ce dimanche.

Patrick Huday-Effe. — Je souscris à ce qui vient d'être dit, c'est un beau jour pour la démocratie, et les Français ont montré un superbe exemple.

Jean-Philippe. — Il faut bien dire que le traumatisme du 21-Avril est encore dans toutes les têtes. Nous pouvons donc remercier Jean-Marie Le Pen, sans lequel ce grand moment de démocratie n'aurait pu être possib…

Yvette. — JEAN-PHILIPPE !

Non, personne n'a osé dire ça en vrai (ou alors je ne l'ai pas vu). En revanche, on en a mangé, du sursaut démocratique. À croire que la démocratie, c'est le vote. À croire que la France n'est un pays démocratique que deux jours tous les cinq ans, lors des élections.

La démocratie, c'est pourtant aussi la liberté d'information, la liberté d'expression, la possibilité de débattre, le multipartisme, la séparation des pouvoirs, c'est plein de choses encore, la démocratie, ça s'entretient tous les jours. Le droit de vote est tout de même la clé de voûte de la démocratie, me direz-vous. Oui. Mais une clé de voûte sans voûte, ça ne sert à rien.

Alors oui, un élément du système démocratique français a bien fonctionné. C'est très bien, mais il n'y a pas non plus de quoi tirer des larmes à un démocrate.

Quand j'entends parler de sursaut démocratique, je pense à une grenouille disséquée (morte, donc) que l'on fait tressaillir par des décharges électriques. Peut-être que les politiciens que j'ai vus sur les plateaux de télé avaient la même image en tête, tiens.